Of Angel’Crossings Australian shepherds Toute reproduction totale ou partielle de ce site est susceptible de poursuites judiciaires.  Copyright Of Angel’Crossings 2008-2016

LA SANTÉ DU BERGER AUSTRALIEN

Chien rustique, le berger australien est solide et résistant.





VACCINATION



Votre aussie doit être vacciné contre les maladies suivantes : maladie de Carré, hépatite de Rubarth, leptospirose, parvovirose, parainfluenza.


La vaccination contre la rage est fortement conseillée.





VERMIFUGATION



Il est important de bien protéger votre aussie contre les vers, qui peuvent fragiliser sa santé.


Un chiot doit être vermifugé  tous les mois jusqu’à ses 6 mois, puis au moins 2 fois par an à l’âge adulte.




PUCES ET TIQUES



Veillez à protéger votre aussie contre les puces et tiques avec un traitement antiparasitaire adapté.




LES MALADIES HÉRÉDITAIRES DE L’AUSSIE



- La dysplasie coxo-fémorale : elle est génétique (parents porteurs ou non) pour une partie, et environnementale pour la majeure partie ( alimentation, jeux, surpoids, carences...).



- La dysplasie du coude : elle recouvre principalement 4 affections qui sont la non union du processus anconé, la fragmentation du processus coronoïde médial, l’ostéochondrose et l’incongruence articulaire.



- Les maladies oculaires héréditaires canines (tares oculaires) : le berger australien peut présenter différents problèmes oculaires. Trois tares oculaires sont recherchées lors d’une consultation chez un vétérinaire ophtalmologiste : la cataracte, l’anomalie de l’oeil du colley (AOC) et l’atrophie progressive de la rétine (APR)




ATTENTION A L’IVERMECTINE !!!



Cette molécule, présente dans un certain nombre de produits (antiparasitaires, vermifuges...), est mortelle : le chien présente des troubles neurologiques graves et décède.



Il n’existe pas d’antidote.



Pour savoir si votre berger australien est sensible à la mutation génétique MDR 1, vous pouvez effectuer un test génétique auprès de plusieurs laboratoires français ou étrangers (prélèvement de salive, non douloureux pour le chien).  


 

Pour en savoir plus sur la sensibilité à l’ivermectine, un site très documenté : ICI


  

Photo J Pignol